Quelques jours après la grosse désillusion qui le prive du Mondial U17, Étienne Eto’o est revenu longuement sur son expérience de deux semaines passées au sein de la tanière des Lions indomptables du Cameroun.‬

‪La déception et sans doute immense pour le prodige de Majorque et ses 5 coéquipiers qui espéraient disputer la Coupe du Monde avec la bande à Steve Mvoue à la fin du mois d’octobre. Un rêve brisé en raison d’un décret présidentiel datant de 2014 qui n’autorise pas les joueurs de la diaspora à jouer avec la sélection nationale des moins de 17 ans. Néanmoins, Étienne Eto’o garde un bon souvenir de son expérience au sein du groupe Champion d’Afrique comme il a pu le souligner sur son compte Instagram « Ce mois devait être l’un des plus beaux de ma vie grâce à l’opportunité unique qui m’avait été donnée de disputer une Coupe du monde. Ce rêve, celui de tous les jeunes joueurs, s’est présenté plus tôt que prévu. Beaucoup d’entre vous pensent que venir ici (au Brésil, ndlr) a été facile mais vous vous trompez. En réalité, c’était compliqué entre la flopée de tests médicaux, les voyages express pour obtenir mon passeport camerounais, les négociations pour obtenir l’autorisation de renouveler mon passeport espagnol afin de pouvoir entrer au Brésil, l’entraînement spécifique, la peur de me blesser et de jouer. J’ai été confronté à énormément de stress pour être fin prêt à disputer cette Coupe du Monde. Le dernier jour, mon voyage vers une nouvelle étape de ma vie semblait se dessiner. Je me suis envolé de Majorque pour Paris puis direction Brésil. J’ai rencontré de nouveaux coéquipiers qui voyageaient avec le même enthousiasme. Nous sommes arrivés à notre destination. Nous avons commencé à nous entraîner et peu après, nous avons disputé le premier match amical au cours duquel j’ai eu l’occasion de marquer un but dès mon entrée en jeu. Je me sentais bien. J’étais convaincu que cette opportunité pourrait s’avérer très importante dans ma vie après 13 ans de football. Mais ce que nous ne savions pas, mes 5 coéquipiers européens et moi-même, c’est qu’à cause d’un décret présidentiel (que je respecte mais que je préfère ne pas commenter), nous ne disputerions pas la Coupe du monde. Je vais vous avouer que cela a été très dur mais grâce au soutien que nous nous sommes donné mutuellement, nous avons réussi à commencer à tourner la page. Je tiens à remercier principalement ma mère pour tout ce qu’elle a fait pour moi et pour tout le soutien qu’elle m’a apporté, à ma famille en général, à mes amis et à toutes les personnes qui ont pris quelques minutes pour m’envoyer des messages de soutien. C’est un honneur pour moi d’avoir représenté le Cameroun tout au long de ces deux semaines. Je tiens à dire un grand merci à la Fédération de m’avoir convoqué et au staff technique. »‬

 

View this post on Instagram

Este último mes debía ser uno de los mejores de mi vida gracias a la oportunidad única que se me había brindado de poder jugar un mundial. Ese sueño, con el que casi cualquier niño sueña, llegaba antes de lo esperado. Muchos de vosotros pensaréis que el llegar hasta aquí ha sido fácil y os equivocáis pues ha sido complicado: muchas pruebas médicas deprisa y corriendo, viajes exprés para conseguir mi pasaporte camerunés, el ROGAR, el casi SUPLICAR una autorización para poder renovar mi pasaporte español y que así me permitieran entrar en Brasil, entrenamientos específicos para estar al 100%, miedo a lesionarme y que eso me impidiera viajar y jugar, muchos nervios y estrés psicológico para por fin estar listo y poder disputar esta copa del mundo. El pasado día 6 mi viaje hacia una nueva etapa en mi vida parecía empezar. Volé desde Mallorca a París y a Brasil. Conocí a nuevos compañeros los cuales viajaban con mi misma ilusión. Llegamos a nuestro destino, empezamos a entrenar, y poco después disputamos el primer partido amistoso en el cual tuve ocasión de marcar gol nada más entrar a jugar. Las sensaciones eran muy buenas, estaba convencido de que esta oportunidad podría ser muy importante en mi vida después de 13 años jugando a fútbol. Pero lo que no sabíamos, mis 5 compañeros europeos y yo, era q por culpa de un decreto presidencial (que respeto pero prefiero no opinar) nos quedaríamos sin mundial. No voy a negar que ha sido un palo muy duro, pero gracias al apoyo que nos hemos dado entre nosotros 6, hemos conseguido empezar a pasar página. Quiero agradecer a mi madre principalmente por todo lo que ha hecho por mí y todo el apoyo que me ha dado, a mi familia en general, a mis amigos/as y también a toda la gente anónima que ha invertido unos minutos en enviarme mensajes de apoyo. Ha sido un honor representar aun así a Camerun a lo largo de estas dos semanas.🇨🇲🦁Muchas gracias a la federación por haberme llamado y a el staff técnico 🙌🏾 Por experiencias como éstas👉🏾Q BONITO ES VIVIR❗️

A post shared by Etienne Eto’o Pineda (@etienne.ep9) on

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Veuillez insérer votre nom ici