Seidou Mbombo Njoya, président de la FECAFOOT.

Soucieuse du respect des directives de la FIFA et de la CAF sur l’arrimage des compétitions au calendrier international, la Fecafoot a donné un ultimatum de sept (07) jours à la ligue de football professionnelle du Cameroun pour le lancement des compétitions dont elle a la charge.

Après les multiples concertations organisées entre la FECAFOOT, la LFPC, les clubs d’élite et le Ministère des sports, qui ont abouties au boycott du championnat le 26 janvier 2019, la fédération camerounaise de football par le biais de son président Seidou Mbombo Njoya a rendu public, un communiqué qui instruit le démarrage effectif des championnats de première et deuxième division au plus tard le 04 février 2019. « Le fait que cette compétition n’ait pas démarré à la date consensuellement arrêtée préoccupe profondément la Fédération camerounaise de football, qui invite tous les acteurs de la LFPC à faire preuve de responsabilité et à mettre en avant l’intérêt supérieur du football camerounais par le démarrage effectif des compétitions organisées par la LFPC dans les 07 (sept) jours suivants la publication du présent communiqué. » peut-on lire dans le dernier paragraphe dudit communiqué publié le 28 janvier 2019.

Dans le cas échéant, l’instance faitière du football camerounais s’engage à prendre des mesures conservatoires pour la bonne marche et l’évolution du football camerounais. « Dans le cas contraire, la Fédération Camerounaise de Football, en tant qu’instance faitière nationale de football, n’aura d’autre choix que d’exercer ses prérogatives légales et réglementaires pour sauvegarder l’intérêt et l’image de marque du football camerounais.» clôture le communiqué signé par Seidou Mbombo Njoya. Cette mesure extrême que peut prendre le président de la Fecafoot  vertu de l’article 3 alinéas 1, 2, 3, 4, 5 des statuts de la Fecafoot, peut consister en la mise sur pied d’un comité provisoire de gestion de la Ligue qui travaillerait sous le contrôle permanent de la fédération; ou alors de la dissolution de ladite ligue dont les prérogatives d’organisation des championnats professionnels reviendraient à la fédération.

Cette instruction de l’instance faîtière du football national vient annuler les onze forfaits constatés lors de la première journée et les effets qu’ils devaient entraîner à savoir la perte des trois points.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire
Veuillez insérer votre nom ici