Au cœur d’une histoire de harcèlement et pratiques occultes dans le football féminin - Allez Les Lions
Football Féminin

Au cœur d’une histoire de harcèlement et pratiques occultes dans le football féminin

Le football féminin est toujours en proie aux questions de harcèlement et chantage sous conditions aux joueuses sous tous les cieux. Le Cameroun n’est apparemment pas à la marge de cette pratique. Il y a quelques jours, un gros scandale de harcèlement a été révélé au grand jour par la rédactrice web Rose Élise Asseng de la page Africa Women Football, dédiée exclusivement au football féminin. Connue comme une personne qui maîtrise bien le football féminin, ses déclarations ont été prises avec beaucoup de sérieux. En plus de harcèlement, ses révélations parlent de pratique ésotériques, violences, menaces et abus sexuels. La personne mise en cause dans cette histoire est le sieur Kelbakal Victoire Bosco, connu comme un dirigeant du club de football féminin As Awa. Au courant de cette affaire, notre rédaction a décidé d’envoyer un envoyé spécial à Yaoundé, lieu de résidence des personnes liées à l’histoire afin de mener une enquête de terrain pour en savoir plus. C’est ce qui a été fait pendant plusieurs jours par notre envoyé spécial qui a interviewé les parties prenantes de l’histoire, des joueuses, personnes des médias et autres acteurs du football féminin, tous sous anonymat. Dans cet article, nous vous livrons avec preuves à l’appui, témoignages des uns et des autres, les détails de cette histoire.

En date du 17 juin 2024, Rose Élise Asseng a publié sur son média Africa Women Football, une déclaration choc présentant une accusation véhémente à l’endroit de Kelbakal Victoire Bosco. Dans cette publication, nous pouvons lire : « Pendant que l’on veut avancer, certains entrent dans le Football Féminin Camerounais pour le détruire encore plus. Entre manipulation, colportages, sabotage, mensonge, calomnies, chantage, harcèlement sexuel, menace de mort et pratique satanique, Kelbakal Bosco Victor un prétendu Manager aux multiples casquettes Avocat, Journaliste , homme d’affaires etc.. est depuis 3 ans une véritable épine dans les pieds de plusieurs Footballeuses Camerounaises.» a-t-on lu sur la page Facebook.

À la suite de cette publication, il s’en est suivi des témoignages mettant en accusation le nommé Kelbakal Bosco. Quelques uns de ceux-ci sont les suivantes :
▪️« À l’époque, on était tous à Fortuna. Il avait dit qu’il devait la soigner et pour ça nous ses coéquipières on devait l’accompagner. Arrivés chez lui pour le traitement, il a blindé la fille. Il a mélangé les écorces dans le crâne d’un animal qu’il ne nous a pas dit, Il a mélangé un liquide, après il nous a donné à nous toutes ses coéquipières »
▪️« Il m’a fait, j’ai pas fini mon championnat. Il m’a fait avorté, il m’a promis l’équipe nationale rien à chaque fois. Il me faisait l’amour, il me sodomisait. Il m’a fait faire des partouzes où j’ai vu qu’il sodomisait aussi des hommes. Il m’a fait un lavage dans un lavage. Il sodomise aussi son beau-frère. J’ai fait des partouzes avec sa femme et son beau, un autre gars dans une chambre toute rouge et les bougies. Il a exigé ce jour qu’on doit tous être en rouge. Il est dans une secte où il m’a proposé de boire le sang pour être meilleure au foot
▪️« Il y a de cela 3 ans Elanga Viviane, ancienne gardienne de As Fortuna filles, a été victime de cet homme. Il a proposé des partouzes et qu’il devait lui donner une somme d’un million si elle accepte de faire les rapports par voie anale. Cette petite fille a refusé ça et ce monsieur pour garder son secret a saboté cette dernière chez tous les dirigeants de Fortuna
▪️« Ce que l’homme ci fait dans notre football avec nos coéquipières, on a toujours su ce qu’il faisait entre détourner nos primes, vendre les matchs. C’est lui qui viole, c’est lui qui bat sur les filles et c’est lui qui harcèle. Si tu ne cèdes pas, il te colle une histoire d’homosexualité au corps

Voilà quelques histoires des différents témoignages que nous avons lu sur la page Africa Women Football. Face à cette histoire, nous avons contacté la responsable de la page pour en savoir plus. De ce fait, nous avons commencé des investigations. Nous avons pu avoir le numéro de Viviane Elanga dont le nom intervient dans les témoignages mais n’ayant pas parlé d’elle-même. Nous avons contacté l’ancienne gardienne de l’As Fortuna qui a finalement accepté de nous parler après plusieurs tentatives. Elle nous a confié ceci : « Depuis le début de cette histoire, je n’ai jamais témoigné, je ne veux pas être mêlée à cette histoire. Quand j’ai une ma part il y a trois ans personne ne m’a aidé […] Je n’étais jamais au centre technique de la FECAFOOT à Odza, personne n’a essayé de me menacer [elle contredit ainsi la publication où Africa Women Football dit qu’elle a été menacée, ndlr]. Quand j’ai fait un commentaire pour démentir sous le post où elle dit qu’on m’a menacé, elle a effacé le message et m’a bloqué de sa page. » nous a-t-elle confié lors d’un entretien téléphonique.

Un des témoins phares de cette histoire en la personne de Viviane Elanga, se refuse toute implication dans l’affaire. Elle dit qu’elle n’a jamais témoigné d’elle même ou été menacé. Dans la continuité de notre investigation, nous avons appris que le sieur Kelbakal Victoire Bosco était très proche d’une joueuse d’un club de première division féminine, qui serait également une victime. Avec l’entreprise de Rose Élise Asseng, nous avons pu avoir un entretien téléphonique sur WhatsApp avec cette joueuse. Celle-ci a déclaré en substance que Bosco est son manager, ils sont ensembles depuis trois ans. Elle nous a confié qu’elle a subi la violence physique de ce dernier, les menaces, le harcèlement, le viol et bien d’autres. Nous lui avons demandé si elle possède des preuves de tout cela, elle nous a dit que son témoignage suffit et aussi celui des voisins où elle vit à Ekounou. Dans l’optique d’accorder plus de crédit aux témoignages postées sous anonymat, nous avons demandé à obtenir les captures d’écran sans anonymat des témoins en garantissant que leurs identités resteraient secrètes à notre rédaction. Mais, notre requête est restée sans suite car la sécurité des témoins souhaitent être gardé par Rose. Rose Élise Asseng nous a rajouté que le voyage effectué avec le sieur Kelbakal Bosco à Douala et les deux autres femmes étaient dans l’optique de protéger la joueuse. Elle nous dit qu’ils y allaient pour dédouaner un véhicule acheté par Kelbakal Bosco pour la joueuse et plusieurs paires de godasses. Donc il ne s’agissait pas d’un voyage de balade. Elle dit également que l’affaire d’un investissement à hauteur de millions ne la concerne pas. Il aurait traité de cela avec l’autre femme qui était du voyage (pas la joueuse). Elle rajoute aussi qu’elle n’a jamais rencontré ce monsieur en dehors du cadre de football ni rien traité avec lui de manière personnelle (hors football). Elle dit aussi qu’elle a mis un terme à leur collaboration car il ne payait pas à temps et voulait ajouter plus de joueuses à gérer. De plus, il avait aussi commencé à lui faire des avances et à proposer des rencontres avec elle dans des hôtels. Elle nous a à cet effet fait parvenir des messages qu’elle lui avait envoyer depuis février 2024.

Après avoir écouté la partie plaignante, nous avons entrepris de contacter et écouter le sieur Kelbakal Victoire Bosco.

Nous avons pris attache avec ce dernier sur Facebook après avoir aussi obtenu son numéro par Rose Élise Asseng. Le premier contact a semblé réfractaire car il a pensé que nous étions entrain de l’incriminer sans présomption d’innocence d’entrée de jeu. Nous lui avons dit qu’il n’en est rien, que nous sommes là pour chercher la vérité aux moyens de la présentation des preuves par chacune des parties.

Nous avons pris rendez-vous au centre technique de la FECAFOOT à Odza, c’était le jour du match de Coupe du Cameroun Éclair filles de Sa’a vs TPO. Il a rejeté en bloc toutes les accusations formulées à son endroit dans les différents témoignages publiés sur la page Africa Women Football. Il a dit qu’il ne se reproche de rien et qu’il attend des preuves de tout ce qu’on lui met sur le dos. Au sujet de Rose Élise Asseng, il confirme qu’il a travaillé avec la dame, elle gérait la communication des joueuses dont il est manager, une information qu’elle nous a confirmé après que nous soyons revenus vers elle car au premier contact, elle ne nous l’a pas dit. Il a continué en disant qu’ils ont collaboré pendant un peu plus de 6 mois, qu’elle avait un salaire de 50.000 FCFA payé à l’avance sans compter des « mains levées » faites à diverses rencontres dans les stades. Il affirme qu’ils faisaient des sorties régulièrement ensembles dans des bars, snacks et autres lieux publics. Il continue en précisant que quelques jours avant la publication des témoignages par Rose Élise Asseng qu’il considère comme des mensonges, il s’est rendu à Douala avec elle plus deux autres personnes (des femmes) dont nous préférons garder l’anonymat. Ils s’y sont rendus par avion et ont séjourné à l’hôtel Vallées des Princes au quartier Bessengue. Ils ont effectué des achats au Grand Mall ensembles.

Tout ceci en nous présentant des images et vidéos attestant cela. Il a continué en disant que l’origine de la colère de Rose Élise Asseng est son refus de financer un projet qu’elle lui a présenté en collaboration avec l’autre femme du voyage à hauteur d’une vingtaine de millions de FCFA. Par rapport à ceci, il dit qu’il peut faire intervenir le monsieur chez qui il devait payer la location d’environ 7 millions d’un endroit pour cet investissement. D’ailleurs, il déclare que celle-ci est venue l’agresser dans un bar à Essos et a cassé la vitre de sa voiture. Nous avons vu les photos de la vitre cassée de sa voiture. Il nous a également confié que Rose Élise Asseng lui a envoyé des messages de menaces lui informant qu’elle va salir son image.

Des captures d’écran de ceux-ci nous ont été remises. Il continue en disant que cette campagne de sabotage est une cabale contre lui par Rose Élise Asseng pour avoir décidé de couper tous les liens avec elle. Il rajoute également que Rose Élise Asseng manipule la petite pour la monter contre lui afin que le contrat de management entre eux soit arrêté. Il dit qu’elle affirme d’ailleurs partout qu’il n’est pas un manager. Il nous a affirmé qu’il avait déjà entamé une procédure judiciaire à l’endroit de Rose Élise Asseng pour diffamation de nom et autres.

Face à tout cela, le sieur Kelbakal Bosco nous a affirmé qu’il a coupé toute communication avec Rose depuis le 10 juin 2024 en la bloquant sur WhatsApp et partout ailleurs comme l’atteste le screenshot ci-dessous.

Nous avons essayé de nous rapprocher du SYNAFOC. Lors de la dernière conférence de presse du baromètre des salaires, Maître Daniel Ngos, secrétaire général de l’institution qui présidait celle-ci, nous a dit que des cas de harcèlement avaient été signalés par des joueuses. Il a rajouté qu’il revient à celle-ci de porter plainte afin que le SYNAFOC puisse les accompagner car il n’a pas la qualité d’agir ou de sanctionner les mis en cause. Ce jour, des noms n’ont pas été cités mais au moins il a certifié qu’il y a des plaintes de harcèlement sexuel.

Au demeurant, la joueuse, qui semble être l’éveil de ce problème nous a confié qu’elle veut que justice soit faite. Elle veut également que ce dernier cesse de la menacer et ne plus s’approcher d’elle. Face à cette situation contradictoire, et sachant que le sieur Kelbakal Bosco aurait déjà entamé une procédure judiciaire, nous allons donc laisser les autorités compétentes trancher sur cette affaire et reconnaître les responsabilités de chaque partie pour interpeller les coupables. Toutefois, nous souhaitons que la carrière professionnelle de la footballeuse mise en cause ne soit pas mise en péril. Ce dernier a rassuré qu’il est le premier à se soucier de la carrière de celle-ci plus que qui compte étant son manager. Mais cette dernière ne veut plus entendre parler de lui. Un contrat de management les liant, il faudra trouver une solution de sortie.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
Powered by Live Score & Live Score App
error: Ce contenu est protégé !