La double identité, le cheval de bataille de la FECAFOOT - Allez Les Lions
Football

La double identité, le cheval de bataille de la FECAFOOT

À la suite de ce qui peut être considéré comme le plus gros scandale de double identité dans le football camerounais, le porte-parole du président de la FECAFOOT, Ernest Obama, s’est confié au journal français L’ÉQUIPE. La voix du président Samuel Eto’o a affirmé que l’exécutif actuel de l’instance faîtière du football camerounais veut mettre fin aux questions d’âges dans le football camerounais.

À la veille de la dernière ligne droite de la saison sportive 2023-2024, le championnat camerounais est secoué par la publication d’une liste de 62 joueurs qui auraient une double identité. Malgré le fait que ces différents footballeurs bénéficient encore de la présomption d’innocence, l’affaire a déjà fait le tour du monde entier en étant relayée par les médias des quatre coins du monde. Dans cette perspective, le journal L’Équipe dans sa quête de comprendre ce phénomène, a interrogé le porte-parole du président de la FECAFOOT. Ernest Obama puisqu’il s’agit de lui, s’est exprimé chez nos confrères afin de leur apporter plus amples explications concernant la publication de la liste de ces 62 joueurs. Le journaliste de profession a déclaré que la lutte contre ce fléau était l’une des priorités de Samuel Eto’o et son exécutif : « L’actuel exécutif de la Fédération camerounaise de football a entamé une vaste opération d’assainissement sur la question de l’état civil des footballeurs camerounais. Le constat avait été fait [à l’arrivée de Samuel Eto’o à la présidence en 2021, ndlr], plus de 60 % des footballeurs (qui évoluaient en Elite One et Two) avaient manipulé leur âge. […] Les joueurs coupables sont automatiquement sanctionnés (6 matches) et sont obligés de reprendre leur véritable âge, explique Obama. Il faut tout de même noter (à propos des 62 joueurs déclarés inéligibles) qu’il s’agit de moins de 10 % des licenciés professionnels d’Elite One et Two. Il est utile de noter que tous ces joueurs sont présumés coupables de falsification de l’état civil. » a-t-on lu dans un article du journal L’ÉQUIPE.

Dans la foulée, Ernest Obama a évoqué quelques raisons qui pousseraient les joueurs à avoir une double identité : « La décision des clubs européens de ne pas prendre en Afrique des joueurs âgés de plus de 23 ans est la première cause de cette situation. Le joueur n’étant pas détecté tôt vu qu’il n’y avait pas de Championnats jeunes, arrive en Première Division à 24, 25, 26 ans… C’est déjà trop tard pour lui. L’autre cas est celui d’un joueur qui évolue en région à 23 ou 24 ans, le temps d’arriver en Première Division, il aura 28 ou 30 ans. Alors, il coupe pour passer de 23 à 17 ans, pour pouvoir entrer dans le circuit et se donner une chance de pouvoir être détecté à 20 ou 21 ans » a t-il expliqué.

Cette sortie du porte-parole du président de la FECAFOOT semble nous expliquer la raison pour laquelle cette liste de 62 joueurs présumés coupables de falsification d’âge a été publiée. Le président Samuel Eto’o entend éloigner des terrains toutes les personnes qui ont modifié leur identité. On se souvient que cela avait récemment été le cas avec les U17 où lors d’un rassemblement plusieurs jeunes avaient été renvoyés chez eux après les tests IRM. La question d’âge est donc un cheval de bataille du président Samuel Eto’o et son exécutif. L’ex entraîneur des Lions Indomptables Claude Leroy avait d’ailleurs affirmé que : « Sur les âges, il faut faire preuve d’une intransigeance totale. C’est le chantier le plus important » avait-on lu dans le magazine Corner de la Fecafoot.

Après avoir eu quelques jours pour justifier les différents problèmes liés à leur état-civil conduisant à la double identité, les 62 joueurs inculpés seront fixés sur leurs sorts dans les jours à venir. Dans cette affaire, c’est certainement le cas Wilfried Nathan Doualla ou devrais-je dire Alexandre Bardelli qui retiendra amplement l’attention du monde entier. Car, la confirmation de sa double identité pourrait valoir aux Lions Indomptables une suspension d’une à deux éditions de la CAN.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
Powered by Live Score & Live Score App
error: Ce contenu est protégé !